Lutter contre la pollution numérique

La période de confinement est l’occasion d’adopter les bons réflexes pour réduire la pollution numérique. Rester chez soi signifie consommer de l’énergie et notamment par l’utilisation accrue des outils numériques. Voici quelques astuces pour réduire son impact environnemental !

Selon un rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le secteur informatique consomme environ 10 % de l’électricité mondiale. C’est autant que les avions. Si rien n’est fait, en 2025, le numérique polluera autant que le trafic automobile mondial. Dans cette période propice à l’utilisation des outils informatiques, comment pouvons-nous réduire cette pollution numérique ? Delphine Esculier, Directrice RSE de DERICHEBOURG Multiservices nous en dit plus :  » Adopter de bonnes pratiques numériques est facile et à la portée de tous. A la maison comme au bureau, les outils numériques sont l’une des principales sources de consommation électrique. Il faut donc veiller à éteindre les équipements lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Sur les ordinateurs comme sur les smartphones, il est possible de limiter le nombre d’onglets et de programmes ouverts ou bien de réduire les performances pour réduire le besoin en énergie. Quand l’usage n’est pas nécessaire, éteignez vos appareils, cela permettra en plus de mieux les préserver. « 

Un autre reflexe à adopter pour réduire sa pollution numérique : la bonne gestion de nos e-mails ! Il est possible de réduire leur pollution en limitant les destinataires, en envoyant des messages plus légers et en nettoyant régulièrement sa boîte de réception. Limitez l’envoi de pièces jointes en privilégiant les sites de partage de dossiers comme WeTransfer.

Acceptez-vous que certaines de vos informations soient utilisées pour des statistiques Google Analytics afin d'optimiser le contenu de notre site ?
REFUSER
ACCEPTER